Isabel Dos Santos, fille du président angolais, première femme africaine milliardaire

Isabel-dos-Santos

Isabel dos Santos, la fille aînée du président angolais José Eduardo dos Santos, est à 40 ans la première femme africaine milliardaire en dollars selon le magazine américain Forbes, qui publie chaque année le classement des personnalités les plus riches du monde.

« Ces dernières années, Isabel dos Santos a augmenté ses participations dans des entreprises portugaises, notamment une banque et une société de télécommunications », indique le magazine sur son site internet.

« Ces participations, ajoutées aux actifs qu’Isabel dos Santos détient dans au moins une banque en Angola, permettent d’estimer que sa fortune personnelle dépasse maintenant le milliard de dollars, faisant d’elle la première milliardaire d’Afrique », ajoute Forbes.

La femme d’affaires angolaise est l’actionnaire principale de ZON Multimédia, la plus grande société de télévision câblée portugaise, dont elle détient 28,8% du capital à travers deux compagnies, Kento et Jadeium.

Elle possède également 19,5% de la banque portugaise BPI, l’une des plus importantes banques cotées en bourse dans le pays, avec une participation dont la valeur est estimée à 465 millions de dollars.

En Angola, Isabel dos Santos détient 25% de la banque BIC, pour une valeur de 160 millions de dollars, et 25% d’Unitel, l’une des deux sociétés de téléphonie du pays, une participation valant à elle seule un milliard de dollars, affirme Forbes.

Née en 1973 à Bakou, Isabel dos Santos est la fille du président angolais –au pouvoir depuis 1979– et de sa première épouse, Tatiana Koukanova, dont il s’est séparée depuis.

Après une enfance et des études d’ingénierie mécanique et électronique à Londres, au King’s College, Isabel dos Santos, qui parle plusieurs langues, s’est lancée dans les affaires en 1997 en ouvrant un restaurant, le Miami Beach, à Luanda.

Extrêmement discrète et n’intervenant jamais dans les médias angolais, elle est mariée à Sindika Dokolo, un collectionneur d’art originaire de la République démocratique du Congo.

Publié par Jules KANE, le 25/01/2013, à 21:02 GMT
L'Actualité internationale en Vidéo
Réagir à cet article avec facebook

3 réactions

  1. youlaye

    26 janvier 2013 at 11 h 38 min

    laissez cet femme en paix!!!!!!!! lafrique a ses problém enemie de l’afrique ce sont les africains chaque pays a ses realité pour ns sénégalais la base de nous même

    C EST LA CULTURE revoiyon notre culture et notre tradiction et notre coutume invité la a faire des oeuvre caritative aulieu de parléé

  2. bambino

    4 mai 2013 at 0 h 12 min

    ce regretable pr ces dictateur ki se font passer pour ds panafricaniste
    lis pillent leur pays et tiennent des discours nationaliste pour endormir leurs peuple . pauvre afric

  3. roy

    21 janvier 2014 at 11 h 14 min

    encore un exemple qui illustre bien ce que Sarkosy avait « osé » dire à Dakar!!le retard auquel il faisait allusion, est toujours du aux abus et aux vols des richesses au profit de quelques privilégiés, c’est un peu partout dans le monde, mais quand ça se fait dans des pays où le peuple ne mange pas tous les jours à sa faim, ça devient un crime

Réagir à ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, il peut également entraîner votre bannissement total du site