Censure de sites érotiques : «Filtrer tout le porno et rien que le porno, c’est impossible»

18

Islande, un pays qui a déjà interdit les strip-clubs et l’impression et la distribution de magazines porno, cette posture morale n’est pas surprenante. Mais, dans les faits, il serait très compliqué de mettre cette mesure techniquement en place selon Stéphane Bortzmeyer, ingénieur réseau internet.

Est-il possible d’interdire complètement l’accès à la pornographie sur Internet?

Si on veut un succès complet, filtrer tout le porno et rien que le porno, c’est impossible, même si c’était un humain qui sélectionnait les sites manuellement. En ça, c’est une posture complètement politicienne. Ce qui est possible cependant — et ce qui se fait déjà — c’est d’avoir des filtrages sur des critères plus ou moins intelligents. Les premiers sytèmes regardaient les mots présents dans l’URL, comme «sex», mais cela conduisait à des aberrations. Le site de l’université d’Essex par exemple s’était retrouvé bloqué.

Aujourd’hui, on mélange les mots-clés et les URL. Cela reste très imparfait parce qu’il y a beaucoup de contenus pornos qui y échappent et, inversement, il y a des sites censurés à tort.

Qui met en place ces listes de sites interdits?

Cela dépend. Aux Etats-Unis, on passe souvent par des sous-traitants indiens qui le font à la va-vite. En France, l’université de Toulouse maintient une liste qui est utilisée par exemple par les bibliothèques de la ville de Paris. Mais ce n’est pas non plus parfait. A une époque, le site de bookmark Delicious s’était retrouvé sur cette liste, à cause de son nom.

Y-a-t-il déjà eu des tentatives d’interdiction de la pornographie au niveau d’un pays?

Au niveau de tout un pays, il y a eu des tentatives contre la pédopornographie surtout, en Australie, en Allemagne, en Grande-Bretagne, mais les essais n’ont pas vraiment été concluants. L’Allemagne y a même renoncé récemment parce que ça filtrait trop mal. Il ne faut pas oublier aussi que tout filtrage, même bien fait, rajoute un composant de plus entre l’utilisateur et Internet, donc cela veut dire des ralentissements, des bugs, une diminution de la résilience. A chaque fois, on rajoute des ennuis. La plupart des techniciens sont donc hostiles à ce genre de système. De toute façon, lorsqu’on s’attaque en sécurité à un aspect, il y en a un autre qui surgit derrière.

L’Islande veut notamment interdire le paiement avec des cartes de crédit islandaise, est-ce que cela peut être efficace?

Tout cela semble très simple sur le papier mais c’est beaucoup plus compliqué que ça. Internet est une infrastructure avec des tas de possibilités, des tas de façon de payer, cela la rend très difficile à contrôler. Cela reste pour moi un effet d’annonce comme il y en a souvent. Le gouvernement indien avait déclaré ainsi qu’il filtrerait les sites dont le nom de domaine est .xxx, pour «protéger» sa population, mais l’écrasante majorité du porno est en .com. On fait un discours, on se fait applaudir mais on sait très bien que dans les faits cela ne change pas.

Le fait que l’Islande soit une île isolée rend-elle une éventuelle censure plus facile à mettre en place?

Cela peut aider. Avant la révolution, la Tunisie n’avait qu’un seul accès à l’extérieur. En Egypte, il y avait seulement trois câbles et trois opérateurs et Moubarak n’a pas hésité à faire couper le réseau pendant quelques jours. Les mesures de contrôle mises en place en Chine, très vaste pays, sont à ce titre un exploit d’un point de vue technique.

Le problème du filtrage important, c’est qu’il coûte très cher et peut entraîner de fortes lenteurs. Pour vraiment se couper du porno, il faudrait que l’Islande soit prête à ne pas compter sur Internet pour son développement économique, comme la Birmanie ou la Corée du Nord.

Libération.fr

Publié par Babacar SECK, le 21/02/2013, à 16:42 GMT
L'Actualité internationale en Vidéo
Réagir à cet article avec facebook

Réagir à ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, il peut également entraîner votre bannissement total du site