La réplique de Barthélémy Dias à Macky 2012 : « Le PS n’est ni un cabinet de consultance ni un mouvement de soutien»

barthelemi_dias_3

Suite au communiqué de la coalition Macky2012 demandant au Président Sall de se séparer du Parti socialiste, Barthélemy Dias remet les choses au point. Le député socialiste rappelle à Ibrahima Sall et Cie que «le Ps n’est pas un mouvement de soutien».

L’alliance bascule en inimitié entre la coalition Macky2012 et le Parti socialiste. Les relations subissent les contrecoups d’une divergence de points de vue, fille d’une bataille de positionnement larvée entre la coalition Macky2012 et la super coalition Benno bokk yaakaar (Bby). Repro­chant à la formation socialiste (membre de Bby) de ne pas vouloir renoncer à ses ambitions présidentielles pendant dix ans afin de «permettre au Prési­dent Macky Sall de gouverner à l’aise», la coalition Macky­2012 a invité le chef de l’Etat à prononcer le divorce avec Ousmane Tanor Dieng et ses camarades. Un débat que les Verts de Colobane n’entendent pas laisser prospérer. Et c’est au secrétaire général des Jeunesses socialistes de monter au créneau pour fustiger ces idées «saugrenues» émanant «de partis-mouvements de soutien».

Joint par téléphone par Le Quotidien, Barthé­lemy Dias rappelle à la Conférence des leaders, composée de Ibrahima Sall et Cie, que «le Parti socialiste n’est ni un cabinet de consultance ni un mouvement de soutien». Le jeune député, mem­bre du bureau politique du Ps dont le père, Jean Paul, est pourtant membre de Macky2012 d’ajouter : «Je rappelle aux amis de Macky2012 que les Sénégalais n’attendent pas cela de nous. Ce qu’ils attendent de nous, c’est qu’on puisse apporter des réponses concrètes aux problèmes de l’électricité, de la santé, de l’éducation et de l’agriculture.»

Dias-fils estime d’ailleurs que demander à un parti de la trempe du Ps de renoncer à ses ambitions politiques est impensable. «Le Parti socialiste a été créé pour solliciter les suffrages des Sénégalais, exercer le pouvoir et apporter sa contribution au développement du pays. Je rappelle que le Ps a tout de même créé l’Etat du Sénégal, les fondamentaux et les valeurs. A ce titre, il refuse d’entrer dans un débat qui n’a pas sa raison d’être. Aujourd’hui, dans le champ politique sénégalais, on a des centaines de partis politiques, mais à peine une dizaine participe à des consultations électorales. Donc, certains partis politiques sont des mouvements de soutien. Le Parti socialiste n’en fait pas partie», ironise-t-il. Pour éviter que pareilles sorties «malveillantes» ne se reproduisent, le leader des Jeu­nesses socialistes demande la création d’un cadre de concertation permettant à Benno bokk yaakaar d’échanger sur «les questions utiles».

Publié par Babacar SECK, le 17/08/2013, à 13:46 GMT
L'Actualité internationale en Vidéo
Réagir à cet article avec facebook

Une réaction

  1. jii

    18 août 2013 at 5 h 46 min

    bien répondu Dias fils ça ira hinchallah

Réagir à ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, il peut également entraîner votre bannissement total du site