Téléphonie mobile : plus que quelques heures pour l’identification des abonnés

5631523-8399489

L’opération d’identification des abonnés à la téléphonie mobile, lancée le 20 juin dernier par l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP, est censée prendre fin ce dimanche 18 août, nouvelle date limite après la prolongation annoncée le 31 juillet, date butoir initialement retenue par le régulateur.

Dans un communiqué transmis à l’APS, l’ARTP expliquait que le report jusqu’au 18 août avait été décidé « à la suite des demandes formulées par les usagers et les opérateurs de téléphonie mobile ».

Elle exhortait alors « l’ensemble des usagers à mettre à profit ce délai supplémentaire pour s’identifier’’.

L’ARTP avait appelé le 20 juin dernier les abonnés du téléphone mobile à se faire identifier auprès de leur opérateur, au plus tard le 31 juillet prochain, sous peine de restriction sur l’usage de leur puce.

« Le groupe de travail mis en place a élaboré un plan de communication et veille à ce que tous les abonnés soient identifiés, au plus tard le 31 juillet. Au-delà de cette date, ceux qui ne l’auront pas fait verront leur puce restreinte. Ils recevront des appels, mais ils ne pourront pas en émettre », avait prévenu le directeur de l’économie, des marchés et de la stratégie à l’ARTP, Oumar Diène Sakho.

Selon lui, l’identification de la puce par l’opérateur facilite l’intervention de la Police en cas de vol du téléphone portable et garantit la sécurité des abonnés. Elle permet aussi d’ »accompagner le développement de l’innovation » dans la téléphonie mobile, avait-il ajouté.

« Lorsque le client s’identifie avec sa pièce d’identité ou son passeport, le numéro devient le sien, pas celui de l’opérateur. Il pourra bénéficier de services personnalisés et être protégé en cas de fausse accusation », expliquait encore M. Sakho.

Le décret présidentiel de 2007 sur l’identification des abonnés avait pour objectif de disposer de statistiques fiables sur le parc de la téléphonie mobile et permettre aux services de sécurité et à la Justice de disposer d’informations exactes, dans le cadre des réquisitions judiciaires.

Oumar Diène Sakho relevait que « près de six ans après l’entrée en vigueur du décret, les opérateurs n’ont pas achevé l’identification de l’ensemble de leurs abonnés ».

APS

Publié par Babacar SECK, le 17/08/2013, à 22:15 GMT
L'Actualité internationale en Vidéo
Réagir à cet article avec facebook

Réagir à ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, il peut également entraîner votre bannissement total du site